12 novembre 2010

PEUT-ETRE QUE NOUS POUVONS ESPERER QUE LE MARCHE DU TRAVAIL SERA PLUS INDULGENT AVEC NOUS...

 

Tiphaine Réto © Cadremploi.fr - Publié le 12.03.10


Audit-conseil : les jeunes dip' ont la cote


Car s'il est un secteur favorable aux juniors, il s'agit bien de l'audit et du conseil.  Surtout quand les temps sont durs. « En période difficile, les entreprises préfèrent parfois avoir à faire à un consultant junior pour les services duquel elles paieront moins cher », analyse François Humblot. Un argument réfuté par les grands cabinets. « Nos entreprises sont basées sur un modèle de promotion interne, explique Pascal Collardey, associé et DRH de KMPG SA.

  

Profils variés

Et les cabinets d'audit et de conseils se veulent une porte d'entrée pour les jeunes dip avec des profils variés. « Nous cherchons des profils bacs + 5, mais en dehors de ça, nous n'avons pas de critère défini, note Antoine de Riedmatten. On considère que l'on gagne en innovation à favoriser la mixité des parcours et des idées. » Chez Deloitte, 30 % des embauches se font entre les écoles d'ingénieurs et les universités. PriceWaterHouseCooper a même décidé de participer à l'opération Phoenix, accueillant ainsi au sein de ses équipes des diplômés de Lettres ou de Philosophie. « Néanmoins, tempère Pascal Collardey, de KMPG, en période de crise, on se retourne plus volontiers vers les jeunes sortis des grandes écoles de commerce. »

Commencer par un stage

Une ouverture qui explique l'affluence des candidatures. « En 2009, nous en avons reçu 60 000 rien que dans notre système informatique RH, poursuit le DRH de KMPG. Et c'est sans compter sur les lettres et les courriels que nous recevons directement au cabinet. » Comment sortir du lot parmi la foule des prétendants ? Pas de secrets pour les professionnels : faire un stage. « « L'année dernière, nous avons recruté 50 % de nos stagiaires, argue Antoine de Riedmatten. On prend beaucoup moins de risque en embauchant quelqu'un qui a prouvé sa motivation. Et qui connaît les dossiers. Car chez nous, un stagiaire est un remplaçant rémunéré. » Même son de cloche chez KMPG. « Nos cabinets ont des cultures très fortes et des métiers très prégnants, le stage permet de faire la différence entre ceux qui cherchent une valeur refuge en période de crise et ceux avec qui ça collent réellement, reconnaît Pascal Collardey. C'est donc un facteur privilégié et important. Mais pas exclusif. »

 

 

 

Publicité :

 

Pascal Greboval © Cadremploi.fr - 2010

 

"On embauche donc majoritairement des jeunes qui ont des possibilités de carrière très rapides au sein de l'entreprise. En 5-6 ans, il est possible d'être nommé manager d'équipe."

Le marché de l'emploi repart doucement dans les cabinets d'audit et de conseil. Premiers servis par ce regain : les jeunes diplômés. Tour d’horizon des professions en vogue et des profils les plus recherchés.


Certes les observateurs restent prudents. Mais les recrutements 2010 dans les métiers de l'audit et du conseil annoncent déjà un léger mieux sur le marché de l'emploi. « Ce n'est pas l'euphorie, observe François Humblot, administrateur du Syntec Recrutement, mais l'audit et le conseil englobent des métiers amortisseurs, qui baissent moins que les autres et repartent plus vite. » Chez KPMG, malgré des « prévisions basses », ce ne sont pas moins de 1000 embauches (480 CDI et 520 stagiaires) qui sont envisagées pour l'année. Deloitte, de son côté, prévoit 800 recrutements... dont 75 % de jeunes diplômés.

ALORS, NOUS FUTURS AUDITEURS, NOUS EN REPARLERONS DANS UN FUTUR TRES PROCHE...

 

Posté par binette87 à 13:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Commentaires sur PEUT-ETRE QUE NOUS POUVONS ESPERER QUE LE MARCHE DU TRAVAIL SERA PLUS INDULGENT AVEC NOUS...

Nouveau commentaire